La Frontière : 3ème commentaire littéraire du Chap I

commentaire littéraire

Voici le dernier commentaire littéraire du chapitre 1 de la Frontière.
Nous insisterons sur le corps médical de l’hôpital psychiatrique, plus précisément sur deux personnages principaux, le psychiatre et madame Cuvier, l’infirmière-en-chef, redoutée par les patients.

Le corps médical de La Frontière

Les infirmières et le psychiatre de l’hôpital sont présentés différemment; il y a d’abord le personnage de Madame Cuvier qui est décrit avec force détails, contrairement au psychiatre; ce dernier est un spectre qui rode en permanence autour des patients, hante les murs de l’hôpital. Il s’étoffera, acquerra tout au long du roman, une épaisseur psychologique.

Madame Cuvier

Ce commentaire littéraire, nous permet de bien cerner  le personnage de l’ infirmière en chef, cette femme méchante / autoritaire / à l’air mesquin / qui est  violente avec les patients. Notons le :

  • Champs lexical de la violence :

Quelques exemples : avec les verbes grondée / frappé / empoignée par le bras

Hier, elle m’a grondée parce que je n’avais pas fini mes petits pois (…) p 3

Hier encore, elle a frappé Audreyp 4

Madame Cuvier a bondi sur Isabelle et l’a violemment empoignée par le bras.p 9

Puis celui du bruit qui  suscite la peur:

  • Champs lexical du bruit:  


Tout n’est que bruit chez ce personnage, symbolisant une colère, une frustration intérieures, qu’elle déverse sans raison sur les patients.

Mme Cuvier vient d’entrer dans le pavillon, avec fracas ouvre les portes qui mènent jusqu’au couloir. p 8

Ces paroles claquent dans la pièce pleines de reproches, chancellent sous la lumière, s’écrasent contre les murs en un bruit sec, puis retombent sur le sol comme des insectes irradiés. p 4

L’infirmière ne considère pas les malades, les fous comme des êtres humains, mais comme des insectes. Dépossédés de leur dignité, les malades ne sont plus que des sous-hommes.
La métaphore de l’insecte est déterminante dans le chapitre 1, et dans tout le roman.

Les propos de Miléna le vérifient; humiliée, bafouée, elle se considère tel un insecte.
Chap 3  même un insecte devient fou entre quatre murs,
Chap 4  tenir loin de moi ma déchéance, ma condition d’insecte

 

Le psychiatre

Miléna voit le psychiatre comme un ennemi, une personne hypocrite et dangereuse; cela semble caricatural pourtant la personnalité du psychiatre se révélera à la lecture de La Frontière

  • champs lexical de la sournoiserie

Notons le termes : voix douce / perfidesÉternel chantage

Le psychiatre me parle d’une voix douce ; ses propos sont perfides : « Vous sortirez de l’hôpital si… ». Éternel chantage. p 11

Le psychiatre n’a pas de nom; Miléna ne le mentionne pas. C’est un personnage crucial dans le roman mais pour Miléna, l’appeler « monsieur  » + son nom, lui donnerait trop de valeur. Il ne la comprend pas .

Que sait cet homme-là de ma souffrance ?  Il me rend visite une fois par semaine, fait semblant de me comprendre puis se retire. p 11

La phrase ironique p 11  Pourquoi voudrais- je sortir ? L’isolement est salutaire ; tous les malades savent ça, n’a qu’un but : railler ce personnage.

 

Photo : Infirmière en chef : Miss Ratched dans  Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman  (1975)

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]

Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est la propriété exclusive de l’auteur et n'est pas libre de droits. Il ne peut être en aucun cas être copié/reproduit/redistribué sans une autorisation écrite de l’auteur. Si vous souhaitez utiliser mon contenu, merci de me contacter.