Editeurs français, lisez cette lettre !

les editeurs

                                                                    Grace Kelly -actrice.

 

 

Messieurs les editeurs français, Ô Saintetés,
Comment allez-vous ?
Pardon ? Il y a un faute dans la première phrase : les editeurs ? Oui : éditeurs s’écrit avec un accent aigü mais je n’ai pas envie de le mettre, rien que pour vous embêter, et pour satisfaire le référencement  de Google.
Ma tenue légère vous surpr...Quoi, c’est pas moi sur la photo ? Bien sûr que si ! Seulement , je suis maquillée. Je me maquille rarement (problème d’allergie).
Alors les hostilités commencent ? Pas de soucis, j’ai des dossiers et un cutter…comme dans mon roman La Frontière.

La pudeur dévêtue

Vous vous souvenez de mon roman que vous avez presque tous refusé : « pas assez commercial ». Un editeur, très connu, voulait pourtant le publier à condition que je rajoute « des scènes d’enculage. » Véridique. D’où ma tenue affriolante sur la photo; la mode est au Q ; je m’adapte, enfin j’essaie.

Alors le talent ne suffit plus ? Faire le commerce de son trauma, de son viol ou d’un passé tortueux, ça rapporte, ça se vend très bien mais est-ce de la littérature ?
Si demain j’écris un roman : Comment je me suis fait violer par mes escargots? ou Défonce-moi dans l’ascenseur, les escaliers sont en panne, j’aurai une chance d’être publiée ? C’est rassurant. Merci messieurs les editeurs.

Qu’est-ce qui m’a pris d’écrire La Frontière alors qu’il suffisait de me répandre dans la pleurniche, en évoquant mon passé  ? Un roman sans intérêt, avec un style pourri, lourd comme un coup de fer à repasser ; ex : Ma vie chez les Tenardiers ou Ma valise en nylon c’est bon, ça ! C’est bon !
Mieux encore, lorsque je parle de l’anorexie : Dachau for ever.Rien qu’avec le titre, je décroche le Goncourt !

Pourtant il y a de bons éditeurs (, je mets un accent…) qui misent sur la qualité, de grands écrivains qui vendent sans se rouler dans la fange. Heureusement. Seulement il faut franchir la ligne Maginot , le barrage des comités de lecture.

Les editeurs lisent-ils les manuscrits ?

Messieurs les editeurs , ne me dites pas que vous lisez tous les manuscrits; vous en recevez tellement que c’est une tache impossible.

Gallimard par exemple, ne lit que la première page d’un manuscrit.
La plupart des autres maisons d’éditions le parcourent, lecture en diagonale, en triangle, en rond… Pas étonnant qu’après je reçoive des remarques telles que : « le premier chapitre de La Frontière est flou et en avançant dans le roman, le rythme de la phrase est haché, très rapide. Il y a un déséquilibre. »
Pardon ? Un déséquilibre ? Cela s’appelle l’EVOLUTION du style. Vilains galopins !

Si le premier chapitre de La Frontière vous semble flou, c’est que Miléna est gavée de calmants (ou que vous n’avez pas mis vos lunettes); si le rythme de la phrase s’accélère, c’est parce qu’ il correspond au rythme cardiaque de Miléna.
LISEZ les manuscrits, lisez aussi entre les lignes.

Et innover en littérature, jouer avec les mots, la STYLISTIQUE, en  France, on n’a plus le droit ?

Alors expliquez-moi, chers editeurs, pourquoi une grande maison d’édition québécoise NUMEditeur a publié La Frontière en version numérique ?
Expliquez-moi pourquoi les éditions Buzuku, (maison d’édition albanaise) qui ont traduit notamment Le Clézio, Modiano, Carole Martinez et le dernier Prix Goncourt 2015, « Boussole » de Mathias Enard ont signé avec moi ?
Parce qu’ils croient au potentiel de leurs auteurs, parce qu’ils ont lu entièrement le manuscrit, parce qu’ils cherchent de nouveaux talents et ont du cran.

Les editeurs et le piston 

Sur le le net, il y a des gens qui écrivent très bien, qui mériteraient d’être publiés, contrairement à certains écrivaillons pistonnés, adulés par les médias.  Je n’ai pas de piston mais j’ai mieux : une force et une patience inébranlables.

Comme beaucoup d’écrivains déjà  publiés, je suis persuadée que je rencontrerai mon éditeur. Question de temps, d’audace.
L’éditeur qui publiera La Frontière, celui-là, je ne laisserai jamais tomber. Question de loyauté.

 


 

Aux lecteurs : pour des raisons évidentes, je n’ai pas pu dans cet article, citer des noms d’éditeurs français, de journalistes et mettre les preuves (mail, courriers).

 

3 Comments
  • Claudine
    novembre 11, 2015

    Quelle verve et humour décadent !
    C’est toujours un plaisir de te lire sur ton blog.
    Je me suis vraiment délectée de la lecture de ton roman La Frontière.
    Donc moi, j’y crois aussi, tu vas FORCEMENT trouver un éditeur français ! 🙂

    • Lucie
      novembre 13, 2015

      Merci encore une fois , Claudine. Mes anciens romans rejetés de peu par les comités de lecture ont cette verve et cet humour décadent. J’aimerais vraiment rééditer Le Fou de littérature dont je détiens les droits, et Jamais sans mon chien, qui traite du chômage.

  • semah onissa
    novembre 13, 2015

    Excellent comme toujours Lucie, Mondialisation même de la connerie, mobilisons nous!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]

Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est la propriété exclusive de l’auteur et n'est pas libre de droits. Il ne peut être en aucun cas être copié/reproduit/redistribué sans une autorisation écrite de l’auteur. Si vous souhaitez utiliser mon contenu, merci de me contacter.