Je m’voyais déjà en haut de la fiche

les escargots

 

 

les escargotsLucie Léanne :  nom de plume de Lucie Lacombe (une combe est une petite vallée, d’où sa phobie qu’elle avouera plus tard, des assiettes creuses) est un écrivain, né à Paris dans une coquille de noix. Elle est du signe du bêlier, ascendant bigorneaux (très rare) ce qui explique sans doute sa passion pour les escargots

Les escargots, les livres et l’écriture

Très tôt, à sept ans, Lucie Léanne se réfugie dans les livres puis dans l’écriture. Elle découvre en CP, les escargots qui sont aujourd’hui ses animaux de compagnies.

Un début Net

En 2012, Lucie Léanne écrit un roman La Frontière qui est refusé par les maisons d’éditions. Lasse, ayant déjà été éditée auparavant, elle décide alors de créer son propre blog: www.lucieléanne.com On y découvre le quotidien d’un écrivain fou, passionné par les escargots (double exacerbé de l’auteur ?), à l’humour piquant mais surtout le premier chapitre de La Frontière, roman qui évoque avec tendresse et humour, le monde de l’hôpital psychiatrique et de ses pensionnaires.
Le style particulièrement riche en poésie, très travaillé, étonne par sa beauté
.
 Le blog connait rapidement un vif succès auprès des internautes.

Les escargots de la discorde

Repérée par un journaliste littéraire qui travaille chez Grasset, elle lui donne son manuscrit. Enthousiaste, l’éditeur publie La Frontière qui rencontre un très bon accueil auprès des critiques et du public.
En 2015, La Frontière est le roman le plus vendu de l’année et remporte le Prix Mollusque.

En 2016, lors d’un déjeuner avec son éditeur, ce dernier commande des escargots à la persillade ; écœurée, son amour pour les gastéropodes étant connu de tous, elle rompt aussitôt son contrat, puis deux jours plus tard signe chez Romarin dont le directeur est végétarien.

Une carrière fulgurante

Lucie Léanne publie ensuite régulièrement des romans ; on découvre chez cet auteur deux styles plein d’humour mais bien distincts :

-l’un proche du langage parlé :

  • en 2016 Jamais sans mon chienLa vengeance des balles à pointes creuses.
  • en 2018 Je vais t’apprendre la politesse à coups de pelle.

-l’autre soutenue, poétiquement riche :

  • en 2017 Un silence d’ivoire et Nectar de nuit.

Elle rencontre un immense succès auprès du public, avec Nectar de Nuit, Prix Goncourt, 2017. Récit d’une femme française, Odile, proche de la retraite, qui souffre de troubles bipolaires du Sud alors qu’elle habite le Nord, dans le village de Crèvecœur-sur-l’Escaut. Une nuit, alors qu’elle ne trouve pas le sommeil, elle décide de se suicider en avalant des  suppositoires…
C’est dans ce roman que l’on retrouve tous les thèmes chers à l’écrivain : la folie, la solitude, le rêve, des personnages décalés et bien sûr les escargots*.
« Ils m’apaisent, me vident de toute pensée; j’aime leur lenteur contemplative; par contre si une personne en mange devant moi, je lui tranche la gorge ! »

 *Le Magazine littéraire, numéro 758 (mars 2017)

 

4 Comments
  • Mothiron
    avril 21, 2015

    excellent ! et si ça n’était pas de la fiction ???

    • Lucie
      avril 22, 2015

      Je croise les doigts; un rêve d’enfant, donc je n’abandonnerai jamais. Merci pour ton soutien, toi qui as lu le livre.

  • Claudine
    avril 22, 2015

    J’adore !
    Continuez de rêver et vous allez finir par être entendue, lue et reconnue !
    En tout cas, moi je vous le souhaite.

    • Lucie
      avril 24, 2015

      Merci, madame la grande pianiste.Vos compliments me font plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]

Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est la propriété exclusive de l’auteur et n'est pas libre de droits. Il ne peut être en aucun cas être copié/reproduit/redistribué sans une autorisation écrite de l’auteur. Si vous souhaitez utiliser mon contenu, merci de me contacter.