Tu n’as jamais lu un roman romantique niais ?

roman romantique

 

 

Qu’est-ce que c’est un roman romantique niais ? C’est un roman Harlequin. On a en tous lu au moins un dans notre vie. Mais une parodie ? Alors je vous en propose une, magnifique, bien tarte.
C’est la suite de l’article sur Tina Dowson, avec sa jupe « ras-les-ovaires ».

Un roman romantique cruche mérite une parodie


Ce matin, Jerry Goal n’avait pas la tête à rigoler. La nuit dernière, il avait perdu un million de dollars à la « Royal Trust Company of Burne » -un placement hasardeux.

Alors qu’il se rendait au bureau, dans sa Porsche blanche décapotable, Jerry ressentit une violente douleur au niveau des tempes. Aussitôt mille supputations se bousculèrent dans son esprit.

Ses migraines revenaient-elles ? N’en serait-il jamais débarrassé, après tous les traitements essayés ? Jerry, le dandy de la finance, allait-il mourir d’une tumeur au cerveau ?
Cette pensée l’effraya à tel point qu’il faillit faire dans son slip. Heureusement les sièges de la Porsche étaient recouverts de cuir de moleskine, garantie totale d’étanchéité.

L’homme roulait vite, dans « Quality Street ». Une expression dure assombrissait son visage, ce beau visage anguleux aux traits bien dessinées, ses yeux couleur miel qui parfois devenaient verts sous la lumière du soleil, sa bouche incroyablement sensuelle, et son teint hâlé, couleur miel qui parfois devenait vert aussi, quand il avait mangé trop de kiwis.

 

Jerry Goal face à son destin


Arrivé devant la Bank of America, il gara sa voiture, et de son Iphone 6 appela sa secrétaire particulière :
-Penny, intima-t-il, allez me chercher de l’aspirine, s’il vous plait; j’arrive dans quinze minutes.
-De la vaseline, monsieur Goal ?
-Non, pas de la vaseline, de l’aspirine !
Il stoppa net la conversation, agacé. Qui avait engagé cette secrétaire ? Encore une recommandation de son associé.

Il se laissa aller contre le siège de la Porsche, en fermant les yeux.
Fatiguant d’amasser des millions de dollars toute la journée, de jouer au golf et de gagner même quand il n’y avait pas de trous, de nager chez lui, dans sa piscine, dans l’eau translucide, couleur d’aigue-marine qui parfois virait au vert quand ses petits neveux, odieux, urinaient dedans.
Pas étonnant qu’en ce matin resplendissant, Jerry Goal avait mal à la tête.

Tina Dowson, elle, ne connaissait pas les migraines. Elle faisait tourner la tête des hommes alors qu’elle marchait dans la rue ; avec sa mini-jupe, « ras-les-ovaires », elle affolait toutes les bourses de Wall Street.

 

(suite au prochain épisode)

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


[an error occurred while processing this directive]

Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est la propriété exclusive de l’auteur et n'est pas libre de droits. Il ne peut être en aucun cas être copié/reproduit/redistribué sans une autorisation écrite de l’auteur. Si vous souhaitez utiliser mon contenu, merci de me contacter.