Poème : Ecoutez le blanc du monde

 

un monde

 

« Le blanc du monde » est un poème qui décrit à la fois le besoin que j’éprouve de me  retirer d’un monde très bruyant, de me réfugier dans un profond silence pour se régénérer, se ressourcer et rêver.

Un monde de silence et de paix

Prendre du recul

Vous ne trouvez pas que nous vivons dans un monde de dingues ? Quand je suis dans la rue et que je regarde sans juger les passants qui courent partout, je pense cela : nous vivons dans une société folle, malade où les gens trop stressés, ne se parlent presque plus, ne se voient plus, ne sourient plus. On voit ça très bien dans les grandes villes.

Un jour, où j’étais en retard à un rendez-vous et que je courais moi aussi sur le trottoir, un badaud m’a violemment bousculée. J’ai continué d’avancer puis d’un seul coup, j’ai changé de trottoir et me suis assise sur un banc. « Continuez sans moi » ai-je dit, sans amertume . De mon sac, j’ai sorti un stylo, un calepin et j’ai commencé à écrire ce poème. Je suis entré dans un monde imaginaire, et le brouhaha autour de moi, s’est évanoui.

 

ECOUTEZ LE BLANC DU MONDE

 

Ecoutez le blanc du monde, les cathédrales dressées dans le clair-obscur et la pluie sur les vitraux qui murmure.

Prisonniers des gouttes d’eau, écoutez loin, très loin, les mers aux dos nonchalants et les serpents d’écume.
Nous sommes partis d’ici il y a bien longtemps, en dehors des ans : un besoin impérieux de paix, un repli, un creux.

Entendez le blanc du monde, la solitude des steppes, des champs de blé sous des soleils évaporés. Ici tout balance, tout oscille : on ne se souvient plus de sa naissance, on entre dans un silence immortel et le lait des rêves coule en nous comme la voix des divas.

Dansez le blanc du monde, buvez ses chimères ; qu’importe où elles vous mèneront : l’émerveillement n’a pas de frontières.


Je remercie  Anne Jutras, photographe professionnelle, pour m’avoir prêté cette photo.

3 Comments
  • Anne Jutras
    janvier 12, 2015

    Un texte qui fait appel à notre imaginaire et qui fait place à la rêverie. Un blanc rempli d’espoir. Merci du partage Lucie! 🙂

  • danièle.b
    janvier 4, 2016

    c’est magnifique!!!
    quelle idée merveilleuse un poème pour ce nouveau challenge
    bravo et bravo aussi à la photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est la propriété exclusive de l’auteur et n'est pas libre de droits. Il ne peut être en aucun cas être copié/reproduit/redistribué sans une autorisation écrite de l’auteur. Si vous souhaitez utiliser mon contenu, merci de me contacter.